Explorez l’ancienne ville de Fès (Fès El Bali ) et ses 10 endroits historiques

Explorez l’ancienne ville de Fès (Fès El Bali ) et ses 10 endroits historiques

Explorez l’ancienne ville de Fès (Fès El Bali ) et ses 10 endroits historiques

Visiter Fès El Bali (Fès l'ancienne) au départ de la Ville Nouvelle, c'est comme remonter dans le temps. L'empreinte essentielle de la médina n'a pas changé depuis près d'un millénaire, car les collines qui entourent la ville ont limité son expansion. La dernière grande expansion de la médina traditionnelle remonte au 13e siècle, avec la construction de Fès El Jedid. Aujourd'hui, environ 90 000 Fassis vivent toujours dans ce labyrinthe de ruelles étroites, de virages à l'aveuglette et de souks cachés, tandis que les touristes considèrent qu'il s'agit de l'un des endroits les plus fascinants qu'ils visitent au Maroc.

Bab Bou Jeloud, à l'ouest, est l'entrée principale de l' ancienne ville, avec deux rues principales qui mènent au cœur de la médina. À votre gauche en entrant, vous trouverez Tala'a al-Kbira (grande pente), et Tala'a al-ssghira (petite pente) à votre droite. Les deux se rejoignent près de la place An Nejjarine (place des menuisiers), pour continuer vers la mosquée Karaouiyne et la Zawiya de Moulay Idriss II - le cœur de la ville. De là, il faut monter pour atteindre les portes nord de Bab Guissa et Bab Jamaï, ou se diriger vers le sud, vers Bab R'cif. La zone de R'cif a subi une grande amélioration avec une nouvelle porte élégante et une place réaménagée, et la rivière a été revalorisée.

Les principaux sites touristiques ne représentent qu'une petite partie du charme de la médina. Il vaut la peine de faire un peu d'exploration au hasard et de suivre simplement votre nez ou vos oreilles pour découvrir les charmes les plus inattendus de la nature de Fès. En suivant votre nez, vous rencontrerez des femmes portant des liasses d'herbes fraîchement coupées, des enfants portant des plateaux de pains pour le cuire dans le four du hammam local ou un café vendant des verres de thé à la menthe. Au coin de la rue suivante, vous apercevrez peut-être une fontaine joliment carrelée, un atelier qui martèle des pots en cuivre, une tête de chameau qui annonce un boucher spécialisé, ou une bande de garçons qui transforment leur ruelle en terrain de football. Partout, écoutez l'appel à la prière ou le cri du muletier "balak ! ("attention !") qui demande de laisser passer un âne chargé.

La circulation peut être compliquée et il est certain que vous vous perdrez à un moment ou à un autre, mais considérez cela comme faisant partie de l'aventure. Un conseil pratique est de noter les rues "principales" qui mènent à une porte ou à un point de repère - suivez simplement le flux général des personnes. Demandez aux commerçants de vous indiquer le chemin, ou bien faites appel aux enfants enthousiastes qui sont heureux de secourir les étrangers désorientés.

La tannerie Chouara

vue sur la tannerie de fès depuis une boutique de babouche

La plus grande des nombreuses tanneries de la médina, Chouara est l'un des sites les plus emblématiques de la ville de Fès. En activité depuis au moins le XVIe siècle, l'endroit a été considérablement rénové en 2016, mais la scène, vue depuis les balcons environnants, reste remarquablement médiévale. Il est frappant de voir le dur travail physique qui est nécessaire à la fabrication d'articles en cuir, doux comme de la soie, vendus dans les ateliers environnants et partout dans le monde. Essayez de vous y rendre le matin, lorsque les fosses sont inondées de teinture colorée.

La seule façon de voir les tanneries en pleine action est de se promener dans l'une des boutiques de cuir, qui disposent chacune d'une terrasse offrant un point de vue différent. Le plus facile à trouver est le n° 10 sur Derb Chouara; à l'intérieur, la boutique est elle-même un labyrinthe presque comique, et la meilleure des deux terrasses se trouve au nord, via la salle des babouches (chaussons en cuir). Si vous vous sentez plus aventureux, dirigez-vous vers la boutique n° 64, qui offre une bonne vue sur le côté nord des tanneries ; continuez vers le nord sur Derb Chouara, puis tournez à droite, en descendant. La deuxième à droite mène à la boutique.

Les vendeurs se feront un plaisir de vous expliquer les procédés utilisés et s'attendent à recevoir un petit pourboire en retour ou, mieux encore, une vente. Bien que cela puisse sembler un peu commercial, vous ne trouverez probablement pas une meilleure sélection de cuir au Maroc, et les prix sont très négociables. Les boutiques de cuir sont liées aux travailleurs de la tannerie et de nombreux vendeurs ont des liens familiaux avec ceux qui travaillent dans la tannerie.

En vous dirigeant vers l'est ou le nord-est de la Place As Seffarine, vous sentirez bientôt l'odeur caractéristique de la peau et de la teinture, et les intermédiaires des vendeurs commenceront à vous orienter vers leurs boutiques préférées. Évitez-les si vous le pouvez ; si vous arrivez dans une boutique avec l'un d'entre eux, votre pouvoir de négociation est limité, car vous devrez payer la commission à l'intermédiaire.

Medersa Bou Inania

Le plus raffiné des médersas de Fès sur le plan architectural. Construite par le sultan mérinide Abou 'Inan Faris entre 1350-1355. Au-delà des portes d'entrée massives en cuivre, sa cour intérieure est un chef-d'œuvre de carrelage zellige sophistiqué, de plâtre sculpté et de magnifiques grilles en cèdre. Des cours plus petits de chaque côté servaient de salles de classe et les étudiants résidaient à l'étage.

Contrairement à de nombreuses médersas de ce type, la Bou Inania possède une mosquée complète à côté d'elle. (Pour cette raison, elle est fermée aux visiteurs pendant les heures de prière). Le mihrab, visible de l'autre côté de la salle de prière, est doté de colonnes en marbre, un style qui fait référence à la Grande Mosquée de Cordoue. Le magnifique minaret à tuiles vertes de la mosquée est celui que l'on voit en entrant dans la médina par Bab Bou Jeloud.

Medersa El Attarine

Fondée en 1325 au cœur de la médina, cette école est une merveille d'élégants carreaux de mosaïque, de magnifiques plâtres découpés aussi fins que de la dentelle et de beaux cèdres sculptés. Une rénovation en 2019 a permis d'ouvrir également les chambres de l'étage, de sorte que vous pouvez avoir un aperçu de la vie étudiante - étonnamment austère, bien que chaque chambre ait sa propre boîte aux lettres. L'établissement fonctionnait comme une sorte d'école préparatoire ; en général, c'est un passage obligatoire pour les étudiants qui accèdent à l'université Kairaouine .

Musée des arts et métiers du bois de Nejjarine

Dans un Fondouk (centrale d'achat et hôtel utilisée par les caravanes) du début du XVIIIe siècle merveilleusement restauré, les anciennes chambres des marchands sont consacrées à des expositions de boiseries fines provenant de tout le Maroc, notamment des portes, des perles de prière et des instruments de musique. De nombreuses pièces illustrent la différence entre les styles traditionnels amazighs et les conceptions plus andalouses de Fès. Les planches de bois usées utilisées par les étudiants en récitation coranique, rapiécées avec du cuivre et ornées de leurs certificats de fin d'études, constituent un point fort. Le café sur le toit est simple mais offre une vue magnifique sur la médina

Il est interdit de photographier les objets exposés, mais il est permis de le faire dans la cour et depuis le toit.

L'horloge historique à eau

Les seules traces de cet ingénieux dispositif médiéval, installé en 1357, sont 13 poutres en bois qui dépassent du mur au-dessus du niveau de la rue. Chacune d'entre elles contenait un bol en cuivre dans lequel une boule de métal tombait de la fenêtre située au-dessus pour sonner l'heure. Le mécanisme d'horlogerie se trouvait à l'intérieur du bâtiment, alimenté et réglé par une citerne d'eau qui se vidait à un rythme régulier. L'horloge a été construite en même temps que la Medersa Bou Inania, de l'autre côté de la rue, pour suivre les heures correctes de prière.

Un chronométreur désigné, un mouaqqit, régler l'horloge. Il existait des horloges similaires dans tout le monde arabe médiéval, dont une à Fès, à la mosquée Kairaouine, qui possédait une structure similaire dans la tour Dar Mouaqqit adjacente à l'entrée principale de la mosquée. Les bols en laiton ont été retirés pour être conservés et utilisés lors de la restauration de l'horloge.

Souk el Henna

L'un des plus anciens marchés de la médina et aussi l'un des plus agréables, ce souk est dominé par un gracieux platane au milieu d'étals vendant des poteries et des cosmétiques traditionnels, dont le henné. C'est un bon endroit pour venir si vous voulez qu'on vous parle de l'éventail fascinant de produits naturels que les Marocains utilisent couramment - les vendeurs sont sympathiques et ne vous embêtent pas. Le mohtassib (contrôleur des prix), aujourd'hui disparu, avait son bureau ici, et vous pouvez encore voir ses grandes balances.

À l'extrémité de la place se trouve la Maristane de Sidi Frej restaurée, un ancien hôpital psychiatrique construit par les Mérinides au 13e siècle. Le savant et diplomate andalou du 15e siècle, Leo Africanus, qui a écrit Une description de l'Afrique en 1526, a travaillé ici dans sa jeunesse. C'est aujourd'hui une petite kissaria (marché couvert).

Zaouïa de Moulay Idriss II

Bien qu'il se trouve dans une mosquée fermée aux non-musulmans, le tombeau du fondateur de Fès (mort en 828) est considéré comme le cœur spirituel de la ville et c'est l'endroit le plus visité. C'est aussi un point de repère important qui vaut la peine d'être découvert, ne serait-ce que pour voir les immenses portes d'entrée en bois et la profusion de colonnes et de tapis visibles depuis la rue. La structure actuelle date de 1308 ; une extension du XVIIe siècle a ajouté son toit vert pyramidal et le plus haut minaret de la médina.

Vous pouvez savoir que vous vous rapprochez de l'endroit où vous vous trouvez lorsque les allées sont traversées par des poutres en bois à hauteur de tête - un moyen, dit-on, de bloquer les bêtes et d'obliger tout le monde à s'approcher à pied. À l'intérieur, la tombe du sultan est enveloppée d'un tissu brodé très élaboré qui est remplacé chaque année pendant le moussem.

Musée Al Batha

Ce palais du XIXe siècle est un musée depuis 1915. La collection se concentre sur les arts et l'artisanat marocains traditionnels récupérés dans les propriétés en ruine de la médina, notamment de beaux exemples de sculpture sur bois, de carrelage en zellige et de tadelakt (plâtre calcaire imperméable). Mais le véritable point fort est la poterie de Fès, vieille de près de sept siècles, qui présente les motifs bleu cobalt caractéristiques de la ville, selon une technique développée au Xe siècle.

Le musée abrite également de belles broderies fassi, des tapis berbères colorés et des instruments anciens. Le jardin de style andalou offre un répit dans l'agitation de la médina.

Palais Glaoui

Il s'agit d'une occasion un peu étrange de visiter la maison et la galerie d'art personnelle de quelqu'un, qui se trouve également être un palais du XVIIIe siècle profondément délabré, construit par un pacha de Marrakech. La cour principale, avec ses salons doubles, est le summum du style andalou et comprend une salle de bains du début du XXe siècle bien préservée, toujours utilisée aujourd'hui. Passez par l'énorme cuisine aux casseroles gigantesques pour atteindre la petite cour du harem à l'arrière. Les peintures pointillistes obsessionnelles du concierge Abdelkhader remplissent un grand salon, mais faute de rénovation et entretien le palais est en péril ses dernières années.